(FR) 04 88 62 77 77(CAT) 972 65 77 77

« Quand les urgences effacent les frontières »

Des représentants des services d’urgences de part et d’autre des Pyrénées, depuis l’Euskadi/Nouvelle Aquitanie jusqu’à la Catalogne/Occitanie, en passant par Navarre, Aragon et Andorre ont mis en place le projet « Quand les urgences effacent les frontières » qui doit faciliter l’intervention des services d’urgences médicales de l’autre côté de la frontière.

Le projet compte sur le support de l’Union Européenne, par le biais de l’Association des Régions Frontalières Européennes (ARFE) et il est coordonné par la Communauté de Travail des Pyrénées. Au lancement du projet ont participé personnellement, le président de la communauté de travail des Pyrénées, M. Jean-Louis Valls, le directeur du GECT-Hôpital de Cerdagne, le Dr. Francesc Bonet, Mme. Amparo García, des Urgences Sanitaires 061, en Aragon, et M. Karlos Ibarguren, de l’Emergentziak Osakidetza Euskadi.

La réunion du lancement des travaux s’est tenue là où est née l’idée initiale, à l’Hôpital de Cerdagne, qui est le seul hôpital transfrontalier de l’Europe. L’établissement est également le seul où cohabitent les antennes des services d’urgences catalan (SEM) et français (SAMU). Le fait curieux est que l’équipe du SAMU prend en charge les urgences sur le territoire français depuis un hôpital de référence située à Puigcerdà.

Les principaux problèmes qu’il convient de résoudre pour pouvoir « effacer les frontières » en cas d’urgence médicale sont les diplômes et les inscriptions aux ordres professionnelles du personnel de santé, et la coordination des centrales qui gerent les ressources (ambulances et hélicoptères) pour chaque territoire.

Lors de la rencontre de mardi, les avancements de chaque associé du projet concernant la collecte d’information et les éventuelles solutions techniques ont été mis en commun. La France a informé que les ARS (Agence Régionale de Santé) ont initié des contacts avec la DAEI (Délégation aux affaires européennes et internationales) afin de travailler sur les aspects juridiques avec le SAMU (Service d’Aide Médicale Urgente) en vue d’étudier la coordination des centrales et avec les ordres professionnels

Des exemples de convention bilatérale entre la France et des territoires frontaliers comme la Belgique, l’Allemagne et l’Euskadi ont été apportés. Ils pourraient servir de référence pour la question, non résolue jusqu’à présent, des services d’aide médicale des Pyrénées. À partir de ces exemples, le groupe de travail a élaboré un projet de convention entre les autorités sanitaires catalane et française (CatSalut et ARS-Occitanie).

Lors d’une deuxième étape, des accords avec les ordres professionnels seront négociés. Ils pourraient être axés sur la proposition d’exonération de la double inscription à l’ordre ou sur la reconnaissance du diplôme, sur les reconnaissances mutuelles entre ordres professionnels pour les urgentistes frontaliers ou sur des procédures accélérées d’homologation.

Le projet doit terminer au mois de novembre 2019, avec un projet pilote de coordination des centrales SEM-SAMU sur le territoire de l’Hôpital de Cerdagne. Ce pilote serait exporté par la suite au reste des Pyrénées.